Nicolas Han-Chaussé (1689-1773)

Nicolas voit le jour le 10 mai 1689 à Saint-Sulpice. Nicolas est agé de 2 ans lorsque son grand-père maternel est enlevé par les Iroquois. Il perd son père avant d'atteindre 14 ans. Il est agé de 12 ans lors de la signature de la «Paix de Montréal» avec les 5 nations Iroquoises. On peut penser que son enfance s'est probablement passée sous la crainte des Iroquois alors que sa maturité se passera sans doute avec la menace d'une invasion Anglaise de La Nouvelle-France. Ces craintes s'ajoutant à celles d'épidémies et de famines qui le suivront tout au long de sa vie. Il a 13 ans lorsqu'une épidémie de petite vérole fait de 2000 à 3000 morts dans la colonie et que la deuxième guerre coloniale débute avec les anglais.

À 20 ans il se marie avec Louise-Geneviève Laporte qui a 18 ans. Nicolas et sa femme déclare ne pas savoir signer lors de leur mariage. Ils ont une première fille un peu plus d'un an après leur mariage Marie-Anne. Sa femme est tout près d'accoucher de leur deuxième enfant (Nicolas-Gilbert) lorsque les 7 navires de l'Amiral Walker coulent sur la Côte-Nord dans une tentative britannique de s'emparer du Canada. De leur mariage, en 1709, jusqu'en 1712-1713 ils semblent être installés à Saint-Sulpice, peut-être dans la maison paternelle. Peut-être vivent-ils à Contrecoeur le 3 janvier 1714, puisque c'est là qu'ils font baptiser leur troisième enfant (Louise-Geneviève). La population de la Nouvelle-France est d'environ 18,500 habitants en 1715.

En 1716 ils demeurent à Contrecoeur puisqu'ils se déclarent résidents de Contrecoeur lorsque le 30 mars 1716 il achète une terre (3 arpents par 20) de Léonard Josseume à Saint-Sulpice. À Contrecoeur il demeure probablement sur leur terre puisque les registres de 1724 montrent que cette terre de 4 arpents par 30 arpents comptait une maison, une grange et un étable. En 1716 toujours Joseph leur quatrième enfant voit le jour et est baptisé à Contrecoeur. Marie-Josèphe (5ième enfant) voit le jour le 25 août 1718 et est baptisé à Contrecoeur. Il est probable qu'en novembre 1719 (lors de la naissance de Nicolas, leur 6ième) ils se sont déjà installés à Saint-Sulpice, puisque c'est là qu'ils le font baptiser. Cependant même en 1731 il n'y avait toujours pas de maison sur la terre qu'il possédait, on y compte qu'une grange.

Au début de l'année 1721, après 11 ans de mariage le couple a 6 enfants, 3 garçons 3 filles, (10ans, 9ans, 6ans, 4ans, 2ans et 1an) tous vivants. Le 17 janvier 1721 Joseph, leur quatrième meurt à l'âge de 4 ans, un mois plus tard Louise-Geneviève accouche de son septième, ils l'appeleront Joseph. Le 1er janvier 1730 la famille vit toujours à Saint-Sulpice et ils ont maintenant 13 enfants vivants, ils n'ont perdu que Joseph. Ils ont 7 filles et 6 garçons (Marie-Anne 19 ans, Nicolas-Gilbert 18 ans, Louise-Geneviève 15 ans, Marie-Josèphe 11 ans, Nicolas 10 ans, Joseph 8 ans, Jean-Baptiste 7 ans, Marie-Angélique 6 ans, Marguerite 5 ans, Jean-Baptiste 4 ans, Marie-Thérèse 3 ans, Marie-Madeleine 2 ans et Scholastique 9 mois). Notons qu'ils ont 2 garçons qui se prénomment Jean-Baptiste.

Peut-être parce-que la famille se fait de plus en plus grande, le 30 mai 1730 Nicolas achète une autre terre à Saint-Sulpice cette fois de Joseph Mousseau. Cette terre est beaucoup plus grande que la précédente, c'est la seconde plus grande terre de la seigneurie Saint-Sulpice avec 360 arpents carrés, 6 arpents de front sur le fleuve par 40 arpents de profondeur. De plus, sur cette terre on compte, en 1731, une maison, un étable et une grange. Le 29 janvier 1730 le couple célèbre le mariage de leur plus vieille, Marie-Anne avec Noël Provost. Un autre garçon se rajoute à la famille le 16 avril 1731, François, sa naissance suit de quelque mois le décès du plus vieux des garçons Nicolas-Gilbert agé de 19 ans. En 1732 le dernier enfant qu'aura la famille voit le jour Marie-Catherine mais elle meurt en avril 1933 ainsi que son jeune frère Scholastique durant le même mois.

À la fin de 1733, après le départ de la plus vieille et les récents décès, le couple reste avec 11 enfants à la maison. 6 filles, 5 garçons agés de 1an à 19 ans. Le couple aura eu en tout 16 enfants. Le 23 janvier 1736 Louise-Geneviève quitte la maison à son tour (à 22 ans) pour se marier avec Joseph-Guillaume Perreault-Châteauguay. Il reste 10 enfants à la maison. En 1735, la famille voit, probablement avec contentement, l'achèvement du Chemin du Roy qui relie Montréal à Québec et qui passe non loin de leur habitation. Le 21 octobre 1737 le couple assiste au mariage de Marie-Josèphe avec Jean-Baptiste Harnois. Leur 3 plus vieille étant mariés, il leur reste 9 enfants à la maison. 4 filles et 5 garçons agés de 6 ans à 18 ans, Nicolas le père a quant à lui 48 ans et Louise-Geneviève 46 ans.

Durant l'année 1741 le plus vieux des garçons toujours vivant, Nicolas, se mariera à Marie-Madeleine Chagnon et Marie-Angélique se mariera à François Peltier. Le 10 février 1742 Nicolas achète encore une autre terre, celle-ci il l'achète de François Chatel qui habite Lanoraie. Le 21 janvier 1743 une autre fille quitte la maison, Marguerite 19 ans, pour se marier à Jean-Baptiste Lamoureux. Il ne reste plus que 2 filles et 4 garçons à la maison, de 11 ans à 21 ans. Le père a maintenant 53 ans et la mère 51 ans. Le 20 septembre 1743 Nicolas le père, Nicolas le fils ainsi que Jean Peltier le plus récent gendre vendent la terre qu'ils avaient encore à Contrecoeur à une famille Vandandecq de l'Île-Jésus. Il s'agit probablement de la terre que Nicolas le père avait à Contrecoeur en 1716 et qu'il a probablement partagée avec son fils ainé et son gendre.

En 1744 Marie-Thérèse quitte la maison pour se marier à Antoine Colin-Laliberté, un ans plus tard, en 1745, 3 mariages seront célébrés Joseph avec Ursule Buisson, Jean-Baptiste avec Françoise Favreau et l'autre Jean-Baptiste avec Marie-Brigitte Meunier.

1 garçon et 1 fille demeurent donc encore à la maison familiale, François 13 ans et Marie-Madeleine 17 ans. François se mariera le 26 janvier 1750 à 18 ans avec Charlotte Simon-Thomas, quelque 3 mois avant le décès de sa mère Louise-Geneviève qui sera inhumé le 27 avril 1750 à Saint-Sulpice. Nicolas veuf à 60 ans restera 1 an avec sa plus jeune, Marie-Madeleine (23 ans), avant de la marier à Alexis Gourd et de se remarier lui-même, 1 mois avant sa fille, à Marie-Louise Bousquet (46 ans), veuve de Jean Lescarbot.

Nicolas sera inhumé le 2 septembre 1773. Il avait 84 ans. À sa mort, de ses enfants, seul son plus jeune garçon, François, vivait encore (et peut-être le second Jean-Baptiste dont on ne connait pas la date de décès). À l'âge de 71 ans il avait aussi vu les Anglais s'approprier la Nouvelle-France.